Comité de Soutien à
Bruno Joushomme (CSBJ)

 

L'ELEMENT NOUVEAU pour une ré ouverture du dossier

Après avoir attendu 14 années - fin 1998, Bruno Joushomme a été jugé trop vite pour bénéficier de la loi - juillet 2000 - permettant l'appel des condamnations en assises !

Il demande que soit pris en compte l'élément nouveau qu'il avance et que son dossier soit ré ouvert pour que la vérité soit reconnue.

L'élément nouveau remet en cause les expertises qui ont été particulièrement malmenées pendant toute la durée de la trop longue instruction de 14 années.

La demande de Bruno Joushomme se fonde sur les éléments fondamentaux suivants :

- l'arrêt de condamnation à la réclusion criminelle à perpétuité n'est pas motivé. La décision a été prise sur intime conviction des jurés. "L’histoire" de l'affaire a pris le pas sur la réalité des faits,

- alors que l'arrêt de renvoi en assise motive sa décision à partir d'une expertise menée d'après les déclarations de Bruno, transmises aux experts qui les ont analysées alors que ce n'était pas leur rôle.



Leur raisonnement se base sur de simples déductions aboutissant à l'hypothèse criminelle, validée par une reconstitution rocambolesque – 10 ans après l’accident - tandis qu'aucune autre cause matérielle de l'incendie n'est envisagée, en particulier, l'hypothèse selon laquelle :

-la durite d’essence qui amène l’essence du réservoir de l’arrière du véhicule vers l’avant est arrachée par suite du frottement du véhicule sur le talus



-l’essence se répand dans le moteur,



-l’essence s’enflamme au contact du collecteur d’échappement,

-la voiture s’embrase,



d’autant plus facilement que le bidon d’essence (situé derrière le siège passager) s’est ouvert durant l’accident et s’est répandu dans l’habitacle du véhicule (d’où le foyer de l’incendie côté passager droit).

Cette thèse constitue l'élément nouveau puis que les experts officiels ne l'ont pas envisagée. Elle résulte de la conclusion d'un expert privé qui a travaillé dans les mêmes conditions que les experts officiels de l'affaire, avec des techniques modernes plus fines que ce qui existait à l'époque, il y a plus de 20 ans.

Elle est confirmée par de nombreux témoignages spontanés, des utilisateurs de 2CV et des techniciens.

  • Dates importantes
    • Septembre 1984

      Bruno Joushomme rentre du Liban,iIl est invité chez à passer quelques jours chez Evelyne Laborde, une cousine de sa mère. Tous les deux personnages atypiques, en marge de leur famille, ouverts sur l’action humanitaire, décident d'ouvrir dans la maison d'Evelyne, le Fortin, un centre d'accueil pour enfants éthiopiens en danger

    • Décembre 1984

      Décembre 1984, ils se marient pour faciliter les démarches administratives liées au projet.

    • Janvier 1985

      Evelyne et Bruno signent une donation au dernier survivant, Evelyne écarte ainsi sa famille de son héritage, ce qu'elle voulait depuis longtemps, comme on a retrouvé dans ses écrits.

    • 28 février 1985 : le drame

      L'accident, Evelyne meurt carbonisée dans un accident de voiture

    • 3 mars 1985

      Bruno sort de l'hôpital et se rend à l'appartement où il vivait avec Evlyne. Surprise : la famille d'Evelyne est installée pour le déjeuner dominical. Ils préparent la succession mais coup de théâtre, ils apprennent par Bruno qu'elle et lui ont signé une donation qui les écarte de l'héritage.

    • 6 mars 1985

      La famille d'Evelyne porte plainte contre Bruno Joushomme pour "assassinat" - seul acte pouvant annuler une donation.

    • Septembre 1985

      Bruno, sa compagne, sa mère, son frère sont placés en garde à vue. Il sera incarcéré pendant 14 mois.

    • Novembre 1986 - 1991

      Bruno sort de préventive en novembre 1986, il ne sera plus interrogé par les juges d'instruction successifs avant 1991, soit 4 ans. Il s'inscrit à la fac de Nanterre et rencontre celle avec qui il va partager les 10 prochaines années.

    • Juin 1994

      Bruno se marie avec celle qui partage son combat depuis 8 ans.

    • Octobre 1994

      Naissance de leur fils

    • Novembre 1998

      Rejet du pourvoi en cassation.

    • Décembre 1999

      Rejet du pourvoi en cassation.

    • Mars 2002

      Rejet de requête devant la cour européenne des droits de l'Homme pour motif de forme.

    • Décembre 2006

      Rejet de la 1ère requête en révision

    • Décembre 2007

      Rejet de la 2ème requête en révision.